IL Y EN A UN PEU PLUS, JE VOUS LE METS QUAND-MÊME? – septembre 2019, la rentrée, bien rentrée ?

Salut les aminches !

C’est la rentrée. Comme chaque année, journalistes, chroniqueurs de tous poils l’annoncent avec un cynisme gourmand. Terminé la rigolade, le pastis qui coule à flot, les merguez frelatées de chez Carrouf, le sable fin des plages infinies ou les galets qui font mal au cul, pour les moins chanceux. Vous allez retrouver, si ce n’est déjà fait, votre petit chef, les collègues amateurs de plaisanteries lourdingues, votre bureau ou la chaîne de production où vous perdez votre vie à la gagner, ou bien encore, votre conseillère Pôle emploi, quoique, les vacances, quand on est du gibier de Pôle emploi, vaut mieux les oublier pendant quelques temps.

Pour parler d’autre chose, ce qui m’a frappé, cet été, c’est l’apparente modestie des guignols qui prétendent nous gouverner. Pas un pet de travers, pas d’avion payé par le contribuable pour se rendre dans quelque destination paradisiaque. Bon, il y a bien eu quelques photos du couple monarcho-présidentiel dans Paris-Match, ou Voici, je ne sais plus très bien, mais dans l’ensemble, la presse n’a rendu compte d’aucun excès, ou alors, on nous l’a bien caché. À croire qu’ils sont tous allés séjourner au camping les flots bleus de Sigersheim-sur-Mer pour sucer des glaces kinder bueno, ah non, ça c’est pas possible, c’est bourré d’huile de palme, comme les chocolats de l’ambassadeur et le nutella, vu que c’est la même boîte qui fabrique ces merdes. Les langoustes à la de Rugy sont passées par là.

Ce qui m’a également frappé, c’est le concours de celui qui a la plus grosse parmi les autocrates que les démocraties ont porté au pouvoir. Les Trump, Salvini, Erdogan, Poutine, Bolsonaro, Dutertre, Nethanyaou et autres Orban, excusez-moi si j’en oublie, ont rivalisé de démagogie et de brutalité tout l’été. Quand ce n’est pas de bombardements, de répression contre leurs populations, de noyades de réfugiés ou d’incendies criminels. C’est curieux cette manie des peuples, tout au moins pour ceux qui peuvent encore glisser un bulletin dans une urne, quand ils ont le sentiment que ça va mal dans leur pays, de choisir systématiquement de rajouter du gravier à la sodomie non consentie dont ils se plaignent. Je reste encore stupéfait devant le choix à 54 % de ce peuple si sympathique, à savoir les Brésiliens, de choisir, avec fureur, un chef qui annonce une nouvelle dictature qui fera, enfin, leur bonheur. Après coup, les Brésiliens ne m’apparaissent plus si sympathiques que ça.

Autre chose, l’enconnardisation médiatique, selon l’expression naguère popularisée par l’immense Michel Piccoli, va continuer. Les guignols (au passage, je souligne qu’ils sont millionnaires), grâce au mélange des genres, attirent toujours plus de pue-la-sueur de base devant les étranges lucarnes, auxquelles s’ajoutent les réseaux sociaux. La question posée à un ministre, qui se prête à ce jeu malsain, ne consiste plus à lui demander quelle est la prochaine décision qu’il s’apprête à prendre afin d’élargir un peu plus notre anus, mais s’il préfère telle ou telle starlette à gros nichons à la salade aux œufs et haricots verts. Ok, j’exagère un peu, mais il y a de ça, non ?

Rentrée, bien rentrée ? D’une année à l’autre, la réponse à la question de notre bien-aimé Jean-Pierre ne change pas. En 2019, comme en 2018, on nous prend pour des cons. Et il faut reconnaître que nombre de nos concitoyens se prêtent volontiers au jeu. À l’exception des auditeurs de Sexigénaires & Compagnie, de Arrête la danse des ours de CFM en règle générale, ainsi que les lecteurs de La vigie de la Citadelle et de Dunkerque réunis.

La situation est grave, camarades auditrices et auditeurs. L’Amazonie, le Moyen-Orient, l’Ukraine, le conflit entre la Chine, les Usa, la bombe atomique, le glyphosate, l’huile de palme, les déforestations à gogo, l’obésité des ados. La planète s’effondre, ça chie des bulles. L’année à venir est celle de toutes les catastrophes, celle du non-retour. Il ne nous reste plus qu’à prier le petit Jésus. Bonne rentrée à vous aut’ tertoutes et tertous ! Pour vous y aider, une ch’tite chanson de Jean Yanne et Michel Magne, tirée du film Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil: https://www.youtube.com/watch?v=vQwMDoaIgEo

Bonjour chez vous!

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s