VERS UN PERMIS DE PROCRÉER ?

La loi autorisant le mariage entre personnes du même sexe a posé la question de savoir s’ils et elles sont capables d’adopter et d’élever convenablement des lardons qui ne casseront pas les couilles au monde entier une fois parvenus à maturité.

On peut se demander, raisonnablement, pourquoi la dite question n’est pas posée concernant les hétérosexuels qui n’ont aucune autorisation à demander pour se reproduire. Un homme et une femme, dotés de sexes en état de marche peuvent mettre au monde des chiards comme bon leur semble. Mais rien ne nous dit qu’ils sont capables de gérer correctement leur élevage.

Un exemple ? Un beau soir de juillet 1888, Klara, la belle Autrichienne, ôte langoureusement sa robe tyrolienne tandis qu’Aloïs – douanier de son état, ce qui explique bien des choses – après avoir rangé son Mauser 9 mm parabellum dans le placard à balais, se débarrasse de sa culotte de peau, exhibant fièrement son membre turgescent. S’imaginaient ils, lors de l’étreinte passionnée qui suivit, qu’Adolf, le fruit de leurs amours mettrait le monde à feu et à sang, un demi-siècle plus tard ?

Alors que Pal, le bien nommé – Nagybócsai Sárközy Pál Istvan Ernő – de son nom d’étranger douteux, immigré en France dans des conditions non encore élucidées par Manuel Valls lui-même immigré dans des circonstances suspectes, pilonnait d’un vit juvénile le corps avide de la sculpturale Andrée, lors d’une pluvieuse nuit d’avril 1954, savaient-ils qu’ils engendraient le petit Nicolas Paul Stéphane Sarközy de Nagy-Bocsa, qui s’agiterait pendant cinq ans dans les étranges lucarnes tout en collant un polichinelle dans le tiroir d’une chanteuse italienne atteinte d’aphonie dégénérative.

Que dire de Pierrette Lalanne et de son Jean-Marie qui, lors d’une partie de jambes en l’air endiablée, au son syncopé de Siegfried conçurent Marion Anne Perrine le Pen dite « Marine » qui a envoyé 25 petits Pétains , au Parlement européen, il y a cinq ans, et qui va tenter de renouveler l’opération cette année.

La preuve est faite que le caractère hétérosexuel d’une relation amoureuse et reproductrice n’est pas une garantie pour l’avenir de l’humanité. Si un permis d’élever des mouflets devait voir le jour, il devrait être appliqué à tous les humains, quelque soit la nature de leur sexualité.

Bonjour chez vous.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s