RÉVOLUTION ? (mai 2019)

Il y a deux ans, on nous avait promis une révolution. Un nouveau monde allait chasser l’ancien, on allait voir ce qu’on allait voir, saperlipopette ! Fini l’immobilisme, les renoncements, les trahisons idéologiques. Concernant ces dernières, pour supprimer les trahisons on allait passer les idéologies à la trappe. Plus d’idéologies ? Plus de trahisons !

Dans les faits, le nouveau monde nous ramène plus de 160 ans en arrière, aux temps du second empire et de Badinguet, le sobriquet dont était affublé Napoléon III, son épouse, l’impératrice Eugénie étant, quant à elle, surnommée Badinguette. De plus en plus, cette révolution promise en 2017 pue le second empire.

En premier lieu, une élection présidentielle qui me fait penser à celle du prince président, le 10 décembre 1848, suivi de l’exercice ultra-autoritaire du pouvoir, prélude au coup d’état du 2 décembre 1851 qui a mis fin à la seconde République. L’actuel locataire de l’Élysée a débuté son mandat de la même manière. On ne sait s’il va tenter un coup d’État. Mais il faut souligner que l’ONU et le parlement européen ont condamné la répression impitoyable dont fait l’objet le mouvement des gilets jaunes. Les institutions internationales et ONG soulignent que les droits de l’homme et la liberté de la presse sont en très net recul en France. Même si ce recul a commencé avant l’arrivée d’Emmanuel Macron au pouvoir, ça s’accélère depuis le début de sa campagne présidentielle.

En second lieu, une armée de députés à l’échine souple, des conseillers obséquieux, des opportunistes avides de prébendes et d’honneurs, en particulier, l’immense masse de recasés de tous les bords de l’ancien monde, hier, menacés des affres de la défaite et de l’anonymat, volant courageusement au secours de la victoire. Cette flopée de caudataires constitue la cour deux points zéro du monarque républicain.

En troisième lieu, l’unanimisme de tout ce que la France compte comme privilégiés, exploiteurs, financiers, penseurs ultra-libéraux et autres oligarques qui ont porté au pouvoir le Président de la République. Il ne faut pas se tromper. Ils ne sont pas là pour le soutenir. Non. Ils le pressent, le poussent en permanence à prendre le plus vite possible et le plus fort possible les décisions qui sauvegardent et favorisent leurs seuls intérêts, toutes raisons pour lesquelles ils l’ont installé avec leur argent, leur réseaux, leurs influences au poste qu’il occupe. Il est leur mandataire.

Enfin, une Assemblée nationale réduite à un strict rôle de godillot. On en avait déjà l’habitude. C’est dans l’ADN de la cinquième République. Mais aujourd’hui, on se réjouit presque que le Sénat soit encore majoritairement dans l’opposition. J’ai enfin compris qu’il fallait que l’on garde deux chambres. La réduction du nombre de parlementaires décidée par le souverain, pour répondre soi-disant à une demande qui serait exprimée par le peuple, vise en fait à réduire encore un peu plus le contre-pouvoir parlementaire déjà quasiment à poil depuis 1958. Faites le calcul. L’opinion des trois-quarts des Français est passée aux oubliettes.

Un peu plus haut, je posais la question de savoir si Emmanuel Macron avait l’intention de faire un coup d’État, comme son lointain prédécesseur. J’ai écrit une connerie. Le coup d’État est en marche. Oui, c’est bien une révolution dont il s’agit en utilisant simplement toutes les armes mises à disposition par la Constitution de la Vème République, le rassemblement national servant d’assurance-vie à un pouvoir qui compte s’installer durablement au prétexte du fameux aphorisme c’est moi ou le chaos, le slogan bien connu de l’internationale des autocrates.

Ok, je ne fais pas rigoler aujourd’hui. Je dois vous faire un aveu : j’ai vraiment peur de ce que devient mon pays. Regardez autour de vous : Pologne, Brésil, États-unis, Italie, Hongrie. Toutes les conditions sont réunies pour que la France prenne aussi le chemin de l’autoritarisme.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s