AUJOURD’HUI, JE VOUS EXPLIQUE L’AUSTÉRISME ! (avril 2019)

Aujourd’hui, après le communisme, le socialisme et le capitalisme, voici une nouvelle doctrine politique qui s’impose dans toutes les démocraties occidentales, à savoir l’austérisme ! Le communisme, c’était « De chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins. » En clair, un projet de société solidaire où chacun contribuerait à son édification selon ses possibilités et recevrait en fonction de ses besoins. Malheureusement, le truc a un peu foiré, la vodka et les fusées Soyouz ayant ruiné la Russie. Le socialisme, c’était un peu la même chose, mais assez édulcoré. Il y a toujours des riches et il y a toujours des pauvres. On demande simplement aux riches un peu de discrétion et on les prie de filer un peu de thune aux pauvres, mais pas trop, sinon ils s’habituent. Le capitalisme, comme chacun le sait, est l’édification de la fortune de quelques-uns à la sueur du front de la multitude, comme dirait le camarade Jésus, passé depuis de vie à trépas, victime de son travail de Romain.

Or, le stade du capitalisme est désormais dépassé. Depuis le début de la crise financière, nous sommes entrés dans l’austérisme. Qu’est-ce que l’austérisme ? C’est une évolution du capitalisme. Le principe des riches et des pauvres demeure. C’est la base de la doctrine. Mais il y a des nouveautés. En premier lieu, les riches deviennent très riches et les pauvres très pauvres. Autre innovation, les États sont désormais officiellement garants des intérêts des riches. Jusqu’en 2008, c’était officieux. Maintenant, c’est officiel. La goinfrerie est élevée au statut de valeur essentielle. En Europe, les États sont placés sous l’autorité de la Troïka, nom familier de l’alliance du FMI, de la Commission Européenne et de la Banque centrale européenne. Cette dernière, non seulement est indépendante des États mais est devenue l’une de leurs autorités de tutelle.

Un exemple ? Si un État veut emprunter de l’argent, la BCE fait marcher la planche à billets. Puis elle prête la somme aux banques, à un certain taux. À leur tour, les marchés financiers vont prêter cet argent à l’État demandeur, en prélevant leur propre taux d’intérêt. Le remboursement des intérêts accroît l’endettement des États. De plus, les marchés financiers spéculent sur ces dettes et multiplient la mise de départ. L’État qui, avec ce système, a fatalement des difficultés budgétaires permanentes, demande à ses citoyens de « faire des efforts » pour rembourser la dette, sous la pression de la Troïka et des créanciers. On augmente les taxes sur les carburants et la CSG, à titre d’exemple. Mais malgré tous les efforts, la dette continue à augmenter.

Les États font donc de la « cavalerie », c’est à dire empruntent à nouveau pour rembourser emprunts et intérêts précédents. Ce système génère du cash permanent pour les marchés financiers. De plus, si le système bancaire est lui-même en difficulté, les débiteurs, à savoir les États, remboursent les dettes des banques en plus de l’argent qu’ils leur ont emprunté. Pour ce faire, on présure les citoyens, en augmentant une fois de plus les taxes, la CSG, et autres contributions tout en diminuant les services publics et les prestations sociales. On termine l’ouvrage en supprimant l’impôt injuste sur la fortune qui bloque le nécessaire ruissellement des riches vers les pauvres.

Vous suivez ? L’austérité s’impose finalement à tous les États. Et comme le remboursement de la dette est mathématiquement impossible, elle devient pérenne. L’austérité s’érige en système : l’austérisme.

C’est tout pour aujourd’hui. Si vous avez eu du mal à suivre, vous savez que vous pouvez écouter l’émission en peau de caste, comme le disait l’ami Philippe Meyer.

Publicités

Un commentaire sur “AUJOURD’HUI, JE VOUS EXPLIQUE L’AUSTÉRISME ! (avril 2019)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s